Rechercher
  • IADES

Le mythe de la microfinance et l'importance du suivi

"Les individus pauvres sont comme des entrepreneurs en puissance, qui n’auraient besoin que d’un coup de pouce financier pour lancer leur activité avec succès."

------

En pratique, dans les populations exclues, le fait "d'entreprendre" est un choix souvent subi, ne traduisant pas un mindset d’entrepreneur, mais plutôt une nécessité momentanée par absence d'autres solutions accessibles.

Bien souvent, des femmes empruntent pour financer une activité, mais qui ne se développe pas, faute de l'accord de leur maris et d'une absence d' étude de marché

Ces différents problèmes culturels empêchent le succès de ces projets d'entreprenariats souvent "subi".

Sans un accompagnement efficace, parfois, l'offre des activités engagées ne rencontre pas de demande assez importante.

Cette réalité fait que, bien souvent, le seul microcrédit n’est pas une solution suffisante pour sortir de la pauvreté.

C'est pourquoi IADES met en place, en plus du microcrédit et du suivi individualisé, des formations sur différentes thématiques sociales et économiques telles que le marketing, la vente, l'éducation, et même les droits des femmes...

D'ailleurs, 90% de nos bénéficiaires sont des femmes, étant donné qu'elles sont les premières touchées par l'exclusion du système bancaire au Togo et généralement en Afrique.

IADES, en prenant en compte tous ces paramètres, continuera d'oeuvrer pour l'épanouissement des femmes et des hommes du Togo à travers les droits des femmes, le développement durable, l'accès à l'éducation... et permettre à des personnes une amélioration leurs conditions de vie

0 vue

© 2017 IADES_TOGO // iadesmicroloan@gmail.com