Le microcrédit = outil d'émancipation des femmes ?

January 01, 2020

Malheureusement, dans le monde, les femmes sont plus touchées par la pauvreté que les hommes, et plus d'une femme sur deux ne possèdent pas de compte en banque. Les femmes sont donc plus touchées que les hommes par l'exclusion financière.

Parce qu'elles sont ignorées des banques traditionnelles, les femmes sont devenues la "cible" des ONG de microfinance. Comme IADES. Elles représentent 73% de leur clientèle, et se sont donc tournées vers le microcrédit. Parmi nos bénéficiaires, les domaines de vente du secteur informel sont très larges et variés. Souvent, ces femmes cumulent plusieurs activités, avec un réel esprit d'entreprenariat.

Les possibilités d'activités sont donc sans limites. Certaines vendent tout ce qui est dans leur possible. Cela peut aller de la vente de charbon, tissage de cheveux, vente d'épices et de condiments pour les sauces, perles, alimentation, vêtement, pagnes...

Pourquoi le microcrédit est un outil d’émancipation des femmes ?

Des chercheurs de la Banque Mondiale ont récemment publié une étude sur l’impact du micro-entrepreneuriat féminin, dans laquelle ils observent qu’une augmentation de 10% des crédits aux femmes permet une hausse moyenne de 8% de la scolarisation des enfants et une baisse de 5% de l’extrême pauvreté.

Par ailleurs, les femmes remboursent mieux : le taux de recouvrement s'élève à 98% pour les clientes des Institutions de microfinance.

La capacité des femmes à gérer une activité et à en tirer des revenus qui bénéficient à tous les membres de la sphère familiale est en effet un argument de poids dans l’inclusion des femmes dans les processus de décision au sein du foyer.

Les femmes micro-entrepreneures consacrent ainsi généralement une plus grande partie de leurs revenus à la consommation du foyer que les micro-entrepreneurs masculins.

Pourquoi IADES fait le choix de prêter davantage aux femmes ?

Car c'est un moyen pour construire une société où règne l' égalité de genre, où la femme a les moyens d'être indépendante.

Témoignages des bénéficiaires 🇹🇬

June 23, 2019

Dans le quartier d'Assiko, à Lomé, un groupe de 18 femmes, toutes bénéficiaires de IADES, ont pris de le temps de répondre à quelques questions.

Parmi les femmes interrogées : 
Abotsi Yawa (la directrice du groupe), Dzaka Yawa, Akpan Mama, Akoe Yawa, Gakpana Afi, Apawou Yawavi, Sokegbe Mawussi et Douvon Ayawa.

 

1) Concrètement, comment le prêt a servi à développer votre entreprise ? Qu'est-ce que cela a changé dans votre vie quotidienne ?

Abotsi Yawa : J'ai vraiment constaté un changement dans ma vie, par l'ajout d'autres activités. Au début, je ne vendais que de l'arachide. Après un crédit à 100 000 francs CFA, j'ai pu vendre des pagnes, des bazins et des perles. Après un crédit à 300 000, j'ai pu acheter le foufoumix (machine à pétrir la pâte) pour cuisiner et vendre le foufou. J'ai pu faire grossir mon activité. Tout ce que je peux faire, je le fais.
Il y a donc une réelle évolution dans nos vies quotidiennes, et dans mon activité en général.

Dzaka Yawa : Lors du premier prêt, j'ai pris 30 000. Cela m'a vraiment aidé à débuter avec la vente de condiments et épices.
Après 60 000, j'ai pu commercer les pagnes traditionnels.
Et après 80 000, la cuisine de goumgoumbè (plat traditionnel togolais, sous forme de bouillie fait à base maïs)

Akpan Mama : Je suis coiffeuse et viens d'arriver à IADES récemment, et j'ai pris 50 000 pour développer mon activité de mèches et de tissage de cheveux. C'est encore le début.

Gakpana Afi : La première fois, j'ai pris 30 000 pour vendre des perles. Ensuite, j'ai augmenté à 50 000, pour des pagnes et des chaussures. Dans ma vie quotidienne, les bénéfices dus à l'évolution de mon activité ont pu aider ma fille à payer sa formation pour devenir tresseuse.

 

Sokegbe Mawussi : J'ai également pu payer l'école de ma fille.

Akoe Yawa : J'ai pu commander plus de sac de charbon, et approvisionner le stock plus efficacement.

 

2) Avez-vous plus l'impression d'être face à une banque ou une ONG ?

Abotsi Yawa : Nous avons plutôt l'impression d'être dans une association, car les banques ne proposent pas de formations.

3) Qu'est-ce qui caractérise IADES des autres instituts de microfinance au Togo ?

IADES propose moins de formations techniques, comme par exemple l'élevage
Par contre, par rapport à d'autres ONG, IADES est plus tolérante envers les remboursements, qui peuvent être définis sur un plus long terme en cas de problème. 
Il y a une réelle compréhension de l'équipe face à la difficulté de notre situation.

4) Quelle est l'intêret d'être en groupe ?

Abotsi Yawa : Nous sommes 18, on s'entraide, et on se conseille entre femmes. Si l'activité de l'une de nous n'évolue pas, on s'y consacre ensemble. Pour les déplacements, c'est également plus simple. En réalité, les formations nous ont réunies au même lieu et nous ont donné envie de motiver nos amies à intégrer IADES. 
Le groupe s'est agrandi de cette façon, et ainsi de suite. 

4-bis) D'ailleurs, savez-vous que statistiquement, les femmes remboursent mieux le crédit que les hommes? 

Bien sûr. Franchement, c'est le cas ici.

5) Quelle est la formation proposée par IADES qui vous a le plus appris ?

Abotsi Yawa : Ce qui m'a le plus aidé est d'apprendre comment ne pas mélanger toutes mes activités et ne pas tout faire en même temps, comment faire son étalage, comment exposer le produit et accueillir le client pour pouvoir bien vendre... c'est-à-dire garder une certaine cohérence, et connaître le marketing.

Dzaka Yawa : J'ai aimé "Comment gérer son capital" pour savoir gérer son activité et ne pas perdre tout le crédit en dépenses qui ne vont rien nous rapporter par la suite, grâce à ça, j'ai su gérer l'argent de IADES.

Akpan Mama : "Comment ne pas vendre à crédit" pour ne pas avoir de la dette, car certains ne pouvaient pas me rembourser. 

Akoe Yawa : Les formations qui m'ont vraiment aidé sont surtout celles sur la vente, les entretiens, l'accueil, la gestion, et comment protéger son activité face aux risques.

6) Où vous voyez-vous dans 5 ans ? Avez-vous des projets d'avenir ?

Abotsi Yawa : Je souhaite créer une entreprise de fabrication d'huile de palmiste pour aider des femmes.

Akoe Yawa : Je souhaiterais avoir un emplacement fixe pour ma boutique, pour ne plus avoir à transporter le sceau sur ma tête.

Apawou Yawavi : Élargir le salon de coiffure, et ajouter des cosmétiques et des pagnes. J'aimerais un jour aller en France.

Note : La plupart des femmes répondent qu'elles aimeraient pouvoir se payer un terrain pour leurs commerces, étant donné qu'elles souffrent de devoir transporter les marchandises à longueur de journée...
Ce quartier étant à plusieurs kilomètre de notre siège en milieu urbain, elles aimeraient également que IADES puisse assez se développer pour posséder un siège proche de chez elles, car les déplacements à l'office principal sont compliqués financièrement, et peuvent leur faire perdre un temps précieux.

C'est avec beaucoup de rire et d'enthousiasme que s'est passé cette interview, malgré la barrière de la langue.
C'est sur des chants et des danses typiques togolaises que l'on se quitte, avec ces femmes souriantes ayant toujours une énergie positive et communicative à partager malgré la difficulté de leur situation.

⬇️ Suivez IADES-Togo ⬇️

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/iades-togo-1a9a63105

Twitter : https://twitter.com/IADES_Togo

Instagram : https://www.instagram.com/iadestogo/

Remise de prix 

June 03, 2019

L'électrisation des zones rurales en Afrique est un domaine qui nous importe depuis le premier jour de la création de IADES, l'un de nos objectifs étant d'améliorer les conditions de vies des populations ne possédant pas de courant électrique.

Pas de réfrigérateur, pas de prises ou d'accès à internet, peu de lumière, pas de chauffage ou de ventilateur, pas de robinet d'eau...

Bref, l'accès à l'énergie, c'est l'accès au développement.

Nous voulions remercier notre partenaire Mivo Energie, soutenu par AFD - Agence Française de Développement, pour la remise du prix du meilleur revendeur, avec IADES en sixième place dans la catégorie "produit d'accès à l'énergie".

Notre ONG accordant une grande importance au développement durable, les lampes fournies par nos partenaires Mivo Energie nous conviennent d'autant plus car elles possèdent une batterie solaire favorisant une utilisation durable, renouvelable et écologique.

IADES continue de se battre pour l'électrisation des zones rurales pour les plus vulnérables au Togo, dans le but d'avoir le meilleur impact social possible, et espérer, un jour, ne plus jamais avoir à résoudre ce problème.

Suivez notre page :

Arrivée des stagiaires

June 02, 2019

Une excellente arrivée à nos stagiaires, très motivés !

Membres de l'association Develop EDHEC Social Business, ils sont en stage 2 mois pour réaliser un audit de la performance sociale de IADES.

 

Mis à part consolider les fondations d'un partenariat déjà prometteur entre IADES- TOGO et Develop EDHEC, faire un stage à IADES est un réel partage de compétences et d'expériences sur la microfinance, avec des équipes soucieuse de l'impact de l'ONG, et toujours très impliquées professionnellement. 

Nous suivre : 

Le #paludisme, en 5 faits

June 03, 2019

- Le paludisme est causé par des parasites qui sont propagés par les piqûres de moustiques infectés. L'espèce de parasites "Plasmodium falciparum" est le plus dangereux.

- Environ la moitié de la population mondiale est exposée au risque de paludisme. On estime qu'en 2015, il y a eu 212 millions de cas et 429 000 décès liés au paludisme.

- 70% des décès par paludisme sont des enfants de moins de 5 ans. Les enfants en bas âge sont particulièrement sensibles à l'infection et au risque d'en mourir dans les zones de forte transmission du paludisme.

- Les femmes enceintes sont particulièrement exposées au paludisme. Le paludisme est aussi une cause d'avortement spontané, d'accouchement prématuré, ou de mise au monde d'un enfant mort-né et d'anémie sévère chez la mère. Il est à l'origine d'environ un tiers de cas évitale de faible poids à la naissance.

- Pour finir (avec un point positif...!), les taux de mortalité du paludisme sont en baisse. Elles ont chuté d'environ 29% au niveau mondial depuis 2010. Par ailleurs, le 17 avril 2019, l'Alliance mondiale pour la prévention du paludisme a descerné un prix au Togo, suite à sa campagne de distribution de moustiquaires imprégnées en 2017.

-----

IADES propose des formations aux bénéficiaires sur le paludisme et l'hygiène. Pour les bénéficiaires, le paludisme peut entrainer des pertes économiques importantes, car la maladie peut mettre à mal la stabilité de l'activité que l'on essaye de développer. Il touche de manière disproportionnée les famille pauvre et marginalisées, incapable financièrement de se procurer le traitement. La santé est l'un des facteurs les plus important à gérer, dispenser ce genre de formations et de conseils est donc primordial.

Face au paludisme, chacun peut agir !

Nous suivre :

L'Afrique, continent de l'innovation ?

June 03, 2019

L’Afrique est connue pour ses immenses ressources naturelles : 97% des réserves mondiales de cuivre, 57% de celles d’or, 60% de celles de diamants… 

Cependant, on cite rarement sa plus grande richesse : sa jeunesse et sa soif d’entreprendre. Les jeunes de moins de 25 ans représentent plus de 50% des 1,3 milliards d’habitants du continent.

Avec l’arrivée des technologies de l’information et de la communication (mobiles, Internet, réseaux sociaux)... et des success story de jeunes entrepreneurs, on assiste à une nouvelle révolution : celle de l’entrepreneuriat.

Agriculturesantééducationénergieindustrieimmobiliercommunicationtransports, tourisme... les opportunités d'affaires sont présentes dans tous les domaines.


L'Afrique a un potentiel incroyable, des gens qui ont envie d'apprendre, et surtout, des gens qui n'ont peur de rien.

Mais même si l'envie d'entreprendre est présente, parfois, le manque d'accès à la culture, aux livres, à internet et aux études supérieures est un frein de taille lorsque l'on souhaite lancer son activité.

Notre ONG propose différentes formations pour pallier au manque d'accès à certaines connaissances pour aider nos bénéficiaires à développer leur business, à leur échelle, notamment des formations sur le marketing, le surendettement, la relation client, la gestion d'un capital, l'organisation d'un groupe... tout cela s'apprend, et IADES crois fermement que tout le monde devrait avoir la chance de réaliser ses projets. 

L’Afrique de demain se construit aujourd’hui, et cette soif de projets n'est pas prête de s'arrêter. 🌍

Nous suivre : Twitter Instagram Facebook Linkedin

Aux origines de la microfinance... 

June 03, 2019

La microfinance existe depuis très longtemps.


Certains historiens estiment même que des mécanismes de prêts ont existé en Asie depuis plusieurs millénaires.

La microfinance "moderne", elle, est apparue au milieu des années 1970, en Asie et en Amérique latine.
Au Bangladesh, en 1978, le Dr Muhammad Yunus, professeur d’économie à l’université de Chittagong, cherchait une réponse concrète à la crise famine que traversait alors son pays.
Lors d’une de ces visites à Jorba, un village bangladais, il trouva un groupe de 42 femmes qui fabriquaient des tabourets en bambou. Elles empruntaient aux commerçants locaux de quoi acheter la matière première et vendaient ensuite les tabourets à un prix déterminé, à peine supérieur au prix de cette matière première, parce qu’elles n’avaient malheureusement pas les moyens d'avoir des fonds propres.

Le professeur Yunus fut surpris de découvrir que le montant total des besoins de ces 42 femmes pour développer leur activité de manière indépendante n'était que de 27 $. Il leur prêta l’argent de sa propre poche, sans intérêt, permettant ainsi au groupe de vendre leurs tabourets à de meilleurs prix et sortir de ce cycle d’endettement qui les liait aux marchands locaux.

C’est ainsi que la Grameen Bank, la "banque de village" est née au Bangladesh et a popularisé le microcrédit. En 2006, le professeur Yunus a reçu le prix Nobel de la Paix.

La microfinance est l'une des solutions les plus efficaces pour lutter contre ce genre de situation, et combattre la pauvreté à travers une finance inclusive et sociale est l'un des enjeux quotidien de notre ONG.

L'IADES a pour objectif d'atteindre 5000 bénéficiaires sur les 3 à 5 prochaines années, et de couvrir le territoire national sur les 5 à 10 prochaines années.

Notre équipe continue chaque jour de se battre avec passion pour lutter contre l’un des principaux facteurs de pauvreté au sein des pays en voie de développement : l’exclusion des populations du système financier. ✊🏿✊🏽✊🏻

Nous suivre : Twitter Instagram Facebook Linkedin

#Éducation

January 01, 2020


"L’arme la plus puissante que l'on puisse utiliser pour changer le monde est la connaissance"

-----

Au Togo, certes, l'école publique est gratuite jusqu'au collège. Mais cela ne signifie pas qu'elle soit de qualité partout. Des problèmes scolaires existent comme : 
- un manque d'infrastructures,
- un manque de matériel pédagogique,
- des enseignants parfois peu qualifiés,
- une disparité entre les milieux ruraux et urbains,
- un effectif insuffisant d'enseignant par rapport au nombre d'élève, parfois obligés d'être plus de 80 dans une salle, assis au sol, devant un seul enseignant...

Ces mauvaises conditions de travail sont dénoncées par les syndicats des enseignants au début de chaque rentrée scolaire.

L’éducation ne devrait pas être un privilège. 
C'est un droit humain essentiel à toutes les sociétés, qui permet à chacun de se développer à la fois culturellement, socialement et économiquement.
Pour toutes ces raisons, nous devons à nous battre pour que chaque enfant puisse avoir une égalité des chances par rapport aux autres.

La microfinance de IADES impacte l'éducation car certaines mères utilisent les bénéfices supplémentaires pour payer les frais de scolarité de leurs enfants, ou épargner pour leur études supérieures.

L’éducation, la santé et la lutte contre la pauvreté sont des facteurs sur lesquels le Togo doit jouer, tout comme d’autres pays en Afrique subsaharienne, pour que chaque enfant puisse bénéficier d'un avenir meilleur.

Nous suivre : 

Le mythe de la microfinance

June 03, 2019

"Les individus pauvres sont comme des entrepreneurs en puissance, qui n’auraient besoin que d’un coup de pouce financier pour lancer leur activité avec succès."

------

En pratique, dans les populations exclues, le fait "d'entreprendre" est un choix souvent subi, ne traduisant pas un mindset d’entrepreneur, mais plutôt une nécessité momentanée par absence d'autres solutions accessibles.

Bien souvent, des femmes empruntent pour financer une activité, mais qui ne se développe pas, faute de l'accord de leur maris et d'une absence d' étude de marché


Ces différents problèmes culturels empêchent le succès de ces projets d'entreprenariats souvent "subi".

Sans un accompagnement efficace, parfois, l'offre des activités engagées ne rencontre pas de demande assez importante.

Cette réalité fait que, bien souvent, le seul microcrédit n’est pas une solution suffisante pour sortir de la pauvreté.

C'est pourquoi IADES met en place, en plus du microcrédit et du suivi individualisé, des formations sur différentes thématiques sociales et économiques telles que le marketing, la vente, l'éducation, et même les droits des femmes...

D'ailleurs, 90% de nos bénéficiaires sont des femmes, étant donné qu'elles sont les premières touchées par l'exclusion du système bancaire au Togo et généralement en Afrique.

IADES, en prenant en compte tous ces paramètres, continuera d'oeuvrer pour l'épanouissement des femmes et des hommes du Togo à travers les droits des femmes, le développement durable, l'accès à l'éducation... et permettre à des personnes une amélioration leurs conditions de vie

Follow @iadestogo on Instagram

L'Insuffisance des pluies

June 03, 2019

 

Parfois, à cause de la dégradation des sols, du dérèglement climatique et de l'insuffisance des pluies, les paysans Togolais n’arrivent pas à produire un rendement à la hauteur des efforts qu’ils ont déployés.

Dans le cadre de l'extension de IADES, notre ONG contribue à soutenir les population rurales, souvent n'ayant pas accès aux services bancaires, dans l'amélioration de leurs activités génératrices de revenus.

De quelle manière ?

En faisant des enquêtes, auprès des agriculteurs dans plusieurs villages isolés de la région de Kévé, sur leurs difficultés.

En octroyant un financement et un accompagnement leur permettent de surmonter ces difficultés, tout en développant la pratique de l’agriculture biologique responsable.

Nous avons ainsi permi le développement de nouveaux produits financiers adaptés à l'agriculture familiale, pour la culture du : 
- manioc
- arachide
- riz 
- maïs.

Sensible à leurs préoccupations, nous luttons pour que cette partie de la population puisse réduire petit à petit les écarts de récoltes et l'impact des pluies et du climat sur leur condition de vie quotidienne.

 

Suivez @IADES_Togo sur Twitter

Pourquoi les vétérinaires luttent aussi contre la pauvreté ?

June 03, 2019

 

Dans un village de Guinée, en 2013, un enfant tombe malade et décède quelques jours plus tard.

Cet enfant était le premier à avoir contracté le virus Ebola, après avoir eu contact avec un animal sauvage, d'après les responsables de santé publique.

Ceci marque le début d'une épidémie catastrophique, avec un bilan de plus de 11 000 décès, et plus de 10 000 survivants avec séquelles.
C'est de la même manière que de nombreuses épidémies ont ainsi commencées.

Aujourd'hui, il est vital de créer des systèmes de santé publique efficaces, reposant sur le fait que la santé humaine, la santé animale et la santé environnementale sont liées, ne font qu'un, et doivent être améliorées simultanément.

Cette approche s'appelle l’approche "Une Seule Santé".

Aujourd'hui, les vétérinaires jouent un rôle essentiel : 
ils contribuent non seulement à l'approche "une seule santé", mais aussi à la résistance des espèces et des sols, en aidant les agriculteurs dans le choix des élevages et de l’alimentation des animaux, pour développer la meilleure croissance possible.

Les éleveurs bénéficiaires de IADES reçoivent une première formation en gestion du budget et du crédit, à laquelle s’ajoute une formation continue à l’élevage et aux soins des animaux, leur permettant d'améliorer la #santé animale et d'accroitre la production et la résilience des systèmes d'élevage. 

Instagram : @iadestogo 🇹🇬

Vivre avec 1 dollar par jour

January 01, 2020

Quelques statistiques du Programme des Nations Unies pour le Développement :

- Plus d’un milliard d’êtres humains vivent avec moins d’un dollar par jour.

- 2,8 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, vivent avec moins de 2 dollars par jour.

- 448 millions d’enfants souffrent d’insuffisance pondérale.

- 876 millions d’adultes sont analphabètes, dont deux-tiers sont des femmes.

- Chaque jour, 30 000 enfants de moins de cinq ans meurent de maladies qui auraient pu être évitées.

- Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau salubre.

- 20% de la population mondiale détient 90% des richesses...

Les chiffres parlent d'eux-même.

D'autant plus que le nombre de pauvre a augmenté en Afrique subsaharienne : il est passé de 210 millions en 1981 à 390 millions en 2013 (la population de cette région passait de 400 millions à 810 millions d’habitants). 

La grande majorité des personnes très pauvres vivent dans les pays en développement, surtout en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne, dont le Togo. 🇹🇬

Cependant, pour conclure avec une note positive, la pauvreté recule dans le monde et fait des progrès. 
Même si la population a beaucoup augmenté, le nombre de pauvres a diminué : de 1,9 milliard en 1981 à 800 millions en 2013.

Notre programme de microfinance sociale s'adressant aux personnes avec moins d'un dollar par jour, il nous paraissait pertinent d'établir un petit rappel des statistiques réelles de pauvreté, notamment en Afrique subsaharienne où elle est extrêmement omniprésente.

 

Continuer à agir à court, moyen et long terme pour réduire jusqu'à supprimer la pauvreté est un combat où chacun peut agir à son niveau à chaque instant. ✊✊🏻✊🏼✊🏽✊🏾✊🏿

Twitter : @IADES_Togo

Des champignons au Togo ? 

January 01, 2020

Comme dans d'autres pays d' Afrique, au Togo, la culture sur brulis, l’utilisation massive des engrais minéraux et l'usage des pesticides chimiques ont conduit à la destruction de la flore microbienne du sol, en particulier les champignons saprophytes symbiotiques.

En conséquence :

- Capacité réduite des plantes à utiliser les éléments nutritifs du sol
Pollution de l'environnement
- Intoxications alimentaires

En plus de contribuer au renforcement de l’agriculture familiale par l’amélioration, l’accroissement, la pérennisation des activités d’élevage et agricoles des paysans, IADES vient en appui à la fédération des maraîchers en leur permettant l'introduction progressive de la MYCOTRI.


C'est un engrais bio à base de champignons saprophytes et symbiotiques, permettant d'améliorer la production agricole et restaurer les terres.

Microfinance et Formations

June 03, 2019

Le taux d’accès à l’enseignement supérieur progresse partout dans le monde. Cependant, de grandes disparités existent entre les régions : 

7 % en Afrique Subsaharienne 🇹🇬
76 % en Amérique du Nord 🇺🇸 et Europe occidentale 🇪🇺

Et encore, ces données ne prennent pas en compte la qualité des enseignements et les moyens disponibles pour les étudiants, souvent très inégaux entre pays...

En plus du simple microcrédit, IADES accompagne au quotidien les bénéficiaires dans la gestion de leurs activités : un accompagnement et un suivi individualisé en dispensant des formations sur des thématiques sociales et économiques. 

Le but de notre ONG étant de responsabiliser les bénéficiaires dans la gestion de leur business et de les orienter vers des services adaptés lorsque des difficultés autres qu’économiques se posent. Ainsi, IADES lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité économique et sociale

 

instagram : @iadestogo

Électrisation et #DéveloppementDurable

June 03, 2019

Difficile pour un enfant d'étudier ses leçons lorsque sa maison est plongée dans le noir.

Au Togo, en raison d’un manque d'accès aux lignes électriques, le taux d'électrification n'était en 2018 que de 2 à 6% dans les zones rurales.
Or, plus de deux tiers des habitants du Togo vivent, justement, en espace rural.

La majorité des personnes sont donc condamnées à vivre dans l’obscurité, dès la tombée de la nuit. 

Comment vit-on sans électricité ? 

Pas de réfrigérateur, obligation de sécher ou fumer tous les aliments, vivre à l'aide de bougies ou de lampes à pétroles de faible qualité, pas d'internet...

Pourtant, internet est un outil essentiel en microfinance, car l'accès à internet permet de désenclaver en partie les zones rurales, et ainsi renforcer l’inclusion financière.

Les ONG et l'État togolais se concentrant sur des questions de santé et d'éducation, ces individus se retrouvent souvent négligés, bien que ces domaines soient tout aussi importants et complémentaires.

Des lampes et des chargeurs solaires, fournies par nos partenaires Mivo Energie et Aspo, possèdent une batterie solaire favorisant une utilisation durable, renouvelable et écologique.

L'un de nos projets étant d'améliorer le niveau de vie des populations locales sur le long terme, l'électrisation des zones rurales en Afrique est un domaine qui nous tient particulièrement à coeur.

Notre page Facebook : 

Moins de 17% de la population togolaise détient un compte bancaire.

June 03, 2019

Beaucoup de personnes dans le monde n'ont pas accès aux services financiers que la plupart d'entre nous avons de façon garantie : emprunts, comptes d'épargnes, assurances...

Sans ces services, les obstacles pour surmonter la pauvreté ou atteindre la stabilité financière peuvent être insurmontables.

Cependant, il existe un mouvement fournissant de meilleurs services financiers pour les gens que les banques ne servent pas : La microfinance.

Parfois, un microcrédit suffit à une personne pour créer une entreprise rentable et devenir indépendante.

La microfinance permet aussi au client de bénéficier d'une assurance pour gérer les risques pouvant perturber son business (maladie, catastrophe naturelle...)

L'ONG IADES oeuvre pour promouvoir l’épanouissement des femmes et des hommes du Togo acteurs du secteur informel et agricole, à travers un programme de microfinance à fort impact social avec des formations et des appuis sociaux. 


 

Il s’adresse aux personnes en Afrique démunies vivant avec moins d’un dollar par jour.


 

Nous suivre : Twitter Instagram Facebook Linkedin

#Interview

December 11, 2018

"Mon rôle est de retransmettre les messages provenant du siège, de sensibiliser la population dans les villages proches et lointains de Kévé et de former des groupes sur la méthodologie de l’institution"

​Découvrez l'interview de Jacqueline Semenou, chargée de crédit et animatrice à l'IADES à Kévé. 

Atelier de formation sur l'analyse financière des SFD par le CAGECFI

December 02, 2018

La semaine dernière, le CAGECFI (Cabinet de Gestion, de Conseils en Finance et d'Informatique) a organisé une formation sur l'analyse financière des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD), à laquelle les collaborateurs de l'IADES ont participé.

Visite de notre partenaire DEKI

Des représentants de notre partenaire DEKI sont venu nous rendre visite au mois de septembre. Deki est une ONG britannique qui soutient des petits entrepreneurs dans les pays en développement à l’aide de micro crédits.

Les équipes de l'IADES ont accompagné les représentants de DEKI sur le terrain auprès des bénéficiaires en zone urbaine et rurale :  Lomé, Kévé et Abobo. Ils ont ainsi pu écouter les témoignages des bénéficiaires qui ont obtenu des prêts grâce à leur soutien financier.

IADES intervient à Lomé, mais pas seulement !

October 29, 2018

Les habitants du village d'Abobo, dans la préfecture de Zio, bénéficient eux aussi des crédits de IADES pour développer leurs activités.

Paroles de bénéficiaires

#Interview 🎙️

I.A.D.E.S est une ONG de développement souhaitant rétablir l'égalité de genre, en permettant à la femme de devenir petit à petit indépendante vis à vis de son époux.

Découvrez le témoignage de Felicité Klaklevi, revendeuse de perles et foulards, Kokoe Barrigah, revendeuse de bouillie et riz, et Adjo Agbevohian, cuisinière :

Participation de l'IADES au Social Business Camp 2018 de l'AFD

Retrouvez le témoignage de Christian Kadangah, directeur de l'IADES, pour le au Social Business Camp en 2018. 

 

Le Social Business Camp est une formation présentielle et digitale à destination d'innovateurs et entrepreneurs sociaux des pays du Sud. Cette formation permet aux participants de profiter d'une expertise notamment sur les sujets de gouvernance, impact et financement.

 

Pour plus de renseignements : www.socialbusinesscamp.com

A la découverte de la microfinance sociale au Togo

Au cours des mois de Juin et Juillet, 8 stagiaires français des associations partenaires de IADES Axésud-Audencia et Develop Edhec sont venus découvrir la microfinance sociale au Togo.

Rencontre avec les étudiants de la ferme-école de Sichem

May 30, 2017

Mercredi, une équipe de IADES s’est rendue à la ferme-école Sichem, à 20km de Lomé, afin de visiter le lieu et de rencontrer les étudiants qui y sont actuellement formés en entreprenariat agricole. Les 15 étudiants suivent une formation théorique et pratique de 9 mois et sont ensuite encouragés à monter un projet d’entreprenariat agricole.

IADES souhaite encourager l’entreprenariat des jeunes en proposant aux futurs étudiants voulant suivre la formation, un microcrédit permettant de financer une partie des études et des coûts de démarrage d’activité.

Arrivée des stagaires 2017

May 23, 2017

IADES accueille cette année plusieurs groupes d'étudiants venant des universités partenaires. Trois volontaires sont déjà sur place pour accompagner IADES dans la mise en place de nouveaux projets. Les autres devraient arriver très prochainement notamment pour effectuer l'audit social de l'organisation.

Rencontre avec notre partenaire DEKI

May 02, 2017

Du lundi 1er mai au mercredi 3 mai 2017, l’équipe de IADES a reçu la visite de Deki, partenaire financier de l'organisation depuis plusieurs années déjà. Deki est une ONG britannique qui soutient des petits entrepreneurs dans les pays en développement à l’aide de microprêts.

Durant ces trois jours, les équipes de IADES et Deki se sont rendues sur le terrain pour rencontrer des bénéficiaires, en zone urbaine et rurale, et écouter leurs témoignages. Pour chacun d’entre eux, le microcrédit a un impact concret sur leur activité et sur leur vie quotidienne.

Ouverture du projet pilote à Abobo

April 09, 2017

IADES inaugure aujourd'hui sa deuxième antenne en zone rurale. Quatre villages dans le canton d'Abobo vont pouvoir bénéficier de microcrédits et de formations visant à améliorer les conditions d'exploitation des terres agricoles et des élevages.

 

Des commerçantes vont également pouvoir bénéficier de l'aide du microcrédit pour pérenniser leurs activités, et améliorer leurs conditions de vies.

Please reload

© 2017 IADES_TOGO // iadesmicroloan@gmail.com