Le système de santé du Togo est organisé en six régions sanitaires : Savanes, Kara, Centrale, Plateaux, Maritime et Lomé Commune. En 2017, le Togo disposait de 1274 établissements de soins (dont 552 privés) et 187 établissements pharmaceutiques pour répondre aux besoins en soins curatifs et préventifs des populations ; très inégalement répartis géographiquement, avec près de 50% des médecins dans la capitale. En termes de capacités d’hospitalisation, le nombre de lits d’hospitalisation était de 7 lits pour 10.000 habitants en 2017 pour une moyenne mondiale de 18. On compte un médecin pour 14,410 habitants ; un infirmier pour 4,814 habitants, une sage-femme pour 8,197 habitants ; des chiffres très éloignés des normes de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Seulement 61% des enfants de 12 à 23 mois sont complètement vaccinés.

La situation sanitaire au Togo se caractérise par des taux de morbidité et de mortalité élevés en général et en particulier chez les enfants de moins de 5 ans. Malgré les efforts réalisés par le gouvernement et ses partenaires pour améliorer l’offre des services, le système de santé et les facilités existantes ne sont pas assez performants et les populations, surtout les plus vulnérables, n’ont qu’un accès limité aux soins essentiels de qualité. Selon une enquête du QUIBB (2011), seulement 42% des ménages ont accès financièrement aux structures de santé. En effet, la cause principale à cette faiblesse est la barrière financière et l’incapacité des ménages à faire face aux dépenses de santé, qui se traduit dans le faible niveau d’utilisation des facilités de santé existante : pas même 50% de taux d’occupation des lits d’hôpitaux (2016).

La première cause de consultation externe demeure en effet le paludisme avec un taux de morbidité de 38%. Les autres principales causes de consultation externe sont : plaies et traumatismes (6% de morbidité), infection aigüe des voies respiratoires (9%), parasitoses intestinales (7%). Le taux de mortalité hospitalière est relativement élevé : 5,6% en 2017. Le paludisme grave présente un taux 4,2% de mortalité hospitalière, les plaies et les traumatismes de 5,3% et la prématurité présente un taux de 18,1% de mortalité hospitalière. Ce sont donc des soins de santé qu’il ne faut absolument pas négliger.

Objectif général : Faciliter l’accès financier aux soins de santé

Actuellement, la mission corps de l’IADES est de renforcer l’inclusion financière des ménages (notamment des femmes) du secteur informel au Togo, vivant pour la majorité sous le seuil de pauvreté, à travers des services très accessibles d’appui socioéconomique. Ceci leur permet de réaliser des activités génératrices de revenus par des petits crédits et d’épargner leurs revenus afin de subvenir aux besoins élémentaires de leurs familles.

Ces ménages, ayant d’importantes difficultés financières, ne se rendent en effet pas à l’hôpital lorsqu’ils ou un de leurs enfants se sent mal, car ils n’en ont pas les moyens.

Objectifs spécifiques

Le projet de mise en place d’une complémentaire santé a l’ambition de, dans un premier temps (phase pilote), permettre à 300 bénéficiaires d’accéder aux soins de santé primaires. Dans un deuxième temps, le nombre de bénéficiaires serait susceptible d’augmenter fortement. L’IADES ambitionne 2000 bénéficiaires après l’implémentation de la phase pilote ; et le panel de soins en partie subventionnés serait susceptible aussi d’évoluer pour inclure tous les soins de santé.

  1. Le développement d’aptitudes préventives & l’éducation aux bons réflexes sanitaires

  2. Un suivi régulier de la bonne utilisation et compréhension du service de Complémentaire

  3. Le paiement régulier et vérifié des cotisations mensuelles

© 2017 IADES_TOGO // iadesmicroloan@gmail.com